Retirada

Commémoration par la chorale Le Chiffon Rouge les 6 et 7 novembre 2009 à Narbonne

Œuvre d’art créée et exposée par Robert Bénajean

Retirada Narbonne 06-11-2009

« De tous les témoignages que j’ai lus sur la Retirada, un m’a particulièrement touché sur l’arrivée en France de tous ces exilés et ce au travers de cette phrase :
Au-delà de l’horizon le ciel et les verts tendres
Se confondent embrasés avec un léger brouillard.
Soudain une infinité de poteaux de fils barbelés
Nous indiquent le camp…

J’ai voulu évoquer cette vision d’espoir dans le pays des droits de l’homme et de désespoir dans les premiers camps de concentration construits en France.»

Robert Bénajean


1- Que ferions-nous, que serions-nous, si nous n’avions pas l’initiative en nous ?

Peut-être des robots à la disposition du premier charlatan venu qui lui, en aurait de l’initiative.
Peut-être aussi des êtres sans pensées ….

Drôle de vie, drôle de séjour sur cette terre où il y a encore tant d’initiatives à prendre pour un monde meilleur.
Oui, un monde de dignité bâti sur la solidarité, la camaraderie, la justice, la liberté, l’égalité et la fraternité.

C’est grâce à ce mot plein de convictions que notre Mado nous a proposé de commémorer les 70 ans de la Retirada façon « Chiffon Rouge ». Initiative portée par les choristes jusqu’à son aboutissement les 6 et 7 novembre 2009.
Deux journées pas comme les autres pleines de vie, d’espoir, de re-connaissance, d’union pour détruire la chape de silence jetée sur le sacrifice de tous ces républicains qui, avec leur diversité, étaient porteurs d’idées généreuses et sociales.

Merci Mado pour ton initiative

Les choristes du « Chiffon Rouge »

Retirada Narbonne 06-11-2009


2- Discours pour l’inauguration de La Retirada

Par la présidente du Chiffon Rouge Mado PONCE

Quels que soient nos liens avec l’Espagne, avec la guerre qui la déchira de 1936 à 1939, avec le drame de La Retirada, que ces liens soient familiaux, émotionnels, éthiques, politiques, idéologiques, nous nous sentons toutes et tous concernés par ces évènements.
Pour moi, je pense plus particulièrement ce soir à mon père, Richard, qui s’engagea à 19 ans dans les Brigades Internationales. Merci à lui et à tous ceux qui ont, d’une manière ou d’une autre, lutté pour la justice et la liberté. A nous, maintenant, de perpétuer ces valeurs qu’ils ont défendues et qu’ils nous ont transmises.

Notre engagement à tous dans la chorale du Chiffon Rouge, et celui de notre ami disparu, Alain Delsol, de l’université populaire de septimanie, nous a amenés à concevoir ce « projet ». Il s’est étoffé avec la participation de la MJC-ciné-club, du Théâtre et de la Médiathèque.

Cette commémoration est illustrée par:
- Des expositions dans 3 lieux différents: mairie (salle des Synodes), médiathèque et théatre.
- 3 films documentaires, des intervenants de grande qualité, Historiens, écrivains, anthropologue, cinéastes, photographes, journalistes, et des débats avec le public
- Une production théâtrale et des films au ciné-club
- De la musique et de la poésie, avec notre chorale du Chiffon Rouge et le groupe El Comunero.

Ce projet, nous l’avons voulu varié, riche, comme nous tous ici, pour faire connaître et sortir de l’oubli un sombre épisode de notre histoire. Et pour que nous oeuvrions, aujourd’hui, face aux tourmentes de notre monde, afin que de tels drames ne se reproduisent plus.

Nous remercions chaleureusement la mairie de Narbonne, qui a tout de suite accepté d’être le porteur de ce projet, Mr Jacques Bascou, Maire député, Mme Nicole Cathala, adjointe à la culture, et toutes les personnes qui ont œuvré pour que cette commémoration soit un grand moment, un moment de réflexion, de partage et de convivialité. Et merci à tous d’être là !